Ramonage : que dit la loi ?

Si vous possédez un poêle ou une cheminée, vous devez faire ramoner vos conduits pour votre sécurité, mais aussi pour respecter la loi française en vigueur. Voici ce qu’il faut en retenir et la société de ramonage que nous vous conseillons. 

Les obligations légales 

Le ramonage est soumis à l’ordonnance de police du 5 mai 1974. Il revient à l’utilisateur, qu’il soit propriétaire ou locataire de ramoner la cheminée deux fois par an, dont une fois au moins pendant la période d’utilisation. 

D’autre part, la circulaire du 09/08/78 relative à la révision du règlement sanitaire départemental type stipule que les conduits de fumée doivent être “ramonés au moins deux fois par an”.  

Enfin, l’utilisateur doit se renseigner auprès de sa mairie ou de la préfecture dont il dépend, car la réglementation varie d’une commune à l’autre. 

Tout défaut de ramonage expose à une amende de troisième classe pouvant atteindre 450 €. 

Le certificat remis par le ramoneur professionnel 

Le règlement sanitaire départemental exige que le ramonage soit effectué par un professionnel qualifié par l’OPQCB, l’Organisme Professionnel de Qualification et de Classification du Bâtiment. 

Votre ramoneur doit obligatoirement être inscrit au registre du commerce et doit vous délivrer une attestation de son intervention, en décrivant quels sont les conduits de fumée ramonés et en attestant qu’ils sont vides sur toute la longueur. 

L’attestation à destination de votre assurance 

La garantie incendie est incluse dans une assurance multirisque habitation. En cas d’incendie, dans l’hypothèse où l’expert de l’assurance constate un défaut d’entretien, l’attestation délivrée par le ramoneur vous couvre. 

Si l’incendie a provoqué des victimes, quelle que soit la gravité de leur cas, votre responsabilité civile ne peut être engagée. 

En règle générale, la compagnie d’assurances n’accepte pas le certificat de ramonage chimique fourni avec les bûches de ramonage. Même si leur utilité est prouvée, elles ne sont pas considérées comme un ramonage suffisant. 

Qu’est-ce que le ramonage chimique ? 

Posséder une cheminée, un poêle à bois ou un poêle à pellets vous oblige à un ou deux ramonages par an. Il existe deux techniques : 

  1. le ramonage mécanique exécuté par un ramoneur professionnel ; 
  1. le ramonage chimique à l’aide de bûches chimiques. 

Le ramonage chimique, comment ça marche ? 

Le ramonage chimique se fait avec des bûches chimiques, ou une poudre spécifique, moins facile à utiliser. Les bûches sont, elles, très simples d’utilisation. 

Vous le faites vous-même, ce qui vous évite le déplacement et la prestation d’un ramoneur professionnel. 

Lorsque vous utilisez votre poêle ou votre cheminée, attendez que le feu s’apaise jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des braises. Ne réapprovisionnez pas en combustible, mais placez la bûche chimique. 

Au contact de la braise, la bûche chimique produit des fumées qui ont pour effet de transformer les dépôts présents dans le conduit d’évacuation. La suie, le bistre et toutes les autres impuretés deviennent friables. Une partie se décolle du conduit, le reste devient moins inflammable. 

Le ramonage chimique en complément uniquement 

Le ramonage chimique ne remplace en aucun cas le ramonage mécanique, ni pour votre sécurité ni pour votre assurance. 

La combustion des bûches de ramonage ne fait qu’enlever le principal des impuretés. D’autre part, seule l’intervention d’un professionnel permet de vérifier dans le détail que le conduit des fumées est sain.  

Si le passage du hérisson est le seul à garantir un ramonage total, les bûches forment un parfait complément, entre deux ramonages, d’autant plus si votre poêle ou votre cheminée est votre unique moyen de chauffage. 

Du point de vue de l’assurance, en cas de sinistre, il est peu probable que votre assureur se contente d’un ramonage chimique. Seul un certificat de ramonage produit par un professionnel dégage votre responsabilité. 

Comment choisir un hérisson de ramonage ? 

Si vous possédez une cheminée, un poêle à bois ou à granulés, rien ne vous interdit d’effectuer vous-même le ramonage. Vérifiez cependant ce qu’en dit votre assureur, pour être sûr d’être conforme à la loi et ne pas être pris au dépourvu en cas de sinistre. 

Vous devez donc vous équiper d’un hérisson de ramonage. Il va vous être utile pour détacher et évacuer les dépôts présents dans le conduit d’évacuation. Les dépôts de suie, le bistre, les poussières et toutes les autres impuretés s’accumulent dans le conduit de fumée et forment des agglomérats et des plaques qui se collent.  

Si la cheminée n’est pas ramonée régulièrement, les agrégats peuvent soit prendre feu, embrasant ainsi tout le conduit des fumées, soit boucher partiellement ou totalement le conduit et donc empêcher l’évacuation des fumées et provoquer des intoxications au monoxyde carbone. 

Le hérisson est constitué d’une canne, munie au bout d’une brosse rappelant la forme ronde et les pics du hérisson. Vous devez choisir votre hérisson en fonction de la forme de votre conduit. Plus il est long, plus il vous faut de rallonges pour utiliser la canne de façon télescopique. 

Avec des conduits maçonnés 

Si vos conduits sont en brique ou en béton, ils sont généralement de section carrée ou rectangulaire. Cela signifie que les pics de votre hérisson doivent pouvoir atteindre les coins. Les brosses dures sont les plus adaptées, elles peuvent être en acier ou en inox. 

Avec des conduits en tubage 

Les conduits plus récents sont des tubages. Ils sont de section ronde ou ovale. Ils sont plus faciles à entretenir, plus performants et apportent davantage de sécurité. 

Il vous faut pour les ramoner un hérisson souple qui ne risque pas de rayer les parois. Généralement, les pics sont en nylon ou en plastique. 

Les étapes du ramonage d’un conduit de cheminée ou d’un poêle  

Une cheminée – ou un poêle – doit être ramonée une à deux fois par an, voyons comment cela se passe. 

Nous parlons ici de ramonage mécanique, et non de ramonage chimique qui consiste juste à se faire consumer une bûche chimique. 

Le ramonage d’une cheminée se pratique lorsque le feu est éteint. Commencez par protéger l’environnement de la cheminée, pour être sûr de ne rien salir. 

  • S’il existe un cendrier ou un réceptacle quelconque, le vider. 
  • Retirer les accessoires qui sont utilisés à l’intérieur du foyer : plaques en fonte, chenêts, déflecteur de fumée… 
  • Utiliser un récipient ou un sac adapté en taille et en forme, qui va se placer sous le conduit et réceptionner les débris que vous allez faire tomber. 
  • S’il est possible de monter sur le toit et de ramoner par le haut, retirez le chapeau de la cheminée pour disposer de l’accès pour le hérisson. Gratter les parois pour faire tomber les débris collés dans le sac ou le réceptacle installé dans le foyer. 
  • Replacez ensuite le chapeau de cheminée. Si ce n’est pas encore le cas, c’est l’occasion pour l’équiper d’une grille pour empêcher les feuilles mortes de s’introduire et surtout, pour ne faire courir aucun risque aux oiseaux qui peuvent s’y glisser hors des périodes de feu et se retrouver ensuite coincés dans le foyer s’il est fermé par une vitre. 

Si vous possédez déjà une grille de protection, profitez-en pour la nettoyer et vérifier qu’elle est toujours en bon état. 

  • Ramonez ensuite par le bas jusqu’à faire la jonction avec la partie nettoyée par le haut. 
  • Une fois que vous êtes sûr d’avoir fait tomber tous les agrégats, retirez votre sac ou récipient dans le foyer pour évacuer les débris. 
  • Terminez le nettoyage au balai et à l’aspirateur. 

Continue Reading →

Délectation suprême chez Gemüse

Si seulement je pouvais manger gratuitement chez Gemüse tous les jours. Ceci est un cri de désespoir. J’ai tant envie de pouvoir m’y installer confortablement sans me soucier de l’effort requis d’aller devoir me lever et payer mon menu à la caisse. Me faire servir à ma table directement comme tout invité se doit d’être accueilli. J’imagine déjà ma bouche entrouverte pour recevoir tous les nutriments du kebab dans mon corps affamé.

Continue Reading →